Menu Fermer

Bandes de fleurs, gestion biologique ou agriculture à petite échelle: quels avantages profitent le plus à l'abondance, la richesse et la reproduction des pollinisateurs?

Explorant les actions de gestion locale et paysagère, Costanza Geppert et ses collègues reconnaissent la valeur des bandes de fleurs mais soulignent également l'importance de l'agriculture biologique lorsqu'il s'agit de maintenir la richesse des pollinisateurs. Leurs nouvelles perspectives ont été récemment publiées dans Journal of Applied Ecology.

Ces dernières années, «l'insecte Armageddon» a reçu une attention croissante en Europe. Le principal moteur de ce déclin des insectes est l'intensification agricole, qui prive les insectes de ressources alimentaires et de sites de nidification, tout en les exposant simultanément aux insecticides. Dans les années 1990, des programmes agroenvironnementaux (AES), dans lesquels les agriculteurs sont payés pour mettre en œuvre des pratiques agricoles respectueuses de la biodiversité, ont été introduits dans toute l'UE pour atténuer les effets négatifs des pratiques agricoles. Malgré un pléthore d'études sur l'efficacité écologique des SEA, l'importance relative des différents SEA pour la biodiversité et les services écosystémiques est encore peu comprise. En outre, il est devenu de plus en plus clair que le efficacité des changements AES en fonction du contexte paysager.

Organic cereal fields_AsmaAkterDe nombreuses espèces de fleurs peuvent pousser à l'intérieur des champs de céréales biologiques. Photo par Asma Akter

L'agriculture biologique et les bandes de fleurs sont les deux AES les plus populaires en Basse-Saxe, en Allemagne. Les bandes de fleurs ciblent en particulier les insectes pollinisateurs et sont conçues pour concentrer une grande quantité de ressources florales dans une petite zone. En revanche, l'agriculture biologique est mise en œuvre sur l'ensemble du champ et offre plusieurs autres avantages, tels que l'amélioration de la lutte antiparasitaire, la prévention de l'érosion des sols et retenir une plus grande quantité d'eau. Ces dernières années, les bandes de fleurs ont fait l'objet de nombreuses études sur la pollinisation et ont été promues par les médias, tandis que moins d'attention a été accordée aux avantages de l'agriculture biologique.

Pour comprendre quelles mesures de gestion sont nécessaires pour accroître la présence de pollinisateurs dans les paysages agricoles, nous avons évalué les effets de la taille moyenne des champs arables à l'échelle du paysage et de la gestion locale (bande de fleurs, agriculture biologique et conventionnelle) sur la richesse, l'abondance, la reproduction des pollinisateurs et sur leurs ressources florales.

Bumblebee on poppy_BataryBombus terrestris butinant sur un coquelicot poussant à l'intérieur du champ de céréales biologiques. Les bourdons sont des butineuses centrales et des adultes et les larves dépendent complètement du pollen et du nectar collectés par les travailleurs. Photo de Péter Batary

Comme prévu, les bandes de fleurs se sont démarquées par la plus grande abondance et richesse de pollinisateurs (abeilles et papillons). Cependant, les champs biologiques, avec leur grande quantité de ressources florales diverses, ont également soutenu plus d'espèces pollinisatrices que l'agriculture conventionnelle. Il est important de souligner que les bandes de fleurs ont amélioré la reproduction des colonies de bourdons, qui ont été placées expérimentalement dans chaque champ, uniquement lorsque les champs environnants étaient plus petits. Cet effet positif de champs plus petits sur la reproduction des bourdons est probablement expliqué par des frontières de champ supplémentaires. En revanche, les colonies de bourdons en agriculture biologique ont le plus profité des grands champs, car les grands champs biologiques offraient de plus grandes zones exemptes de pesticides et un plus grand nombre de fleurs.

Nos résultats suggèrent que les actions de gestion à la fois au niveau du paysage et à l'échelle locale sont importantes pour augmenter la richesse et l'abondance des pollinisateurs. L'agriculture biologique a fourni plus de fleurs dans l'ensemble par champ que les bandes de fleurs étroites. Cependant, les abeilles et les papillons ne peuvent pas être protégés uniquement en améliorant les conditions dans un champ, ils dépendent tous de la structure du paysage environnant. Les paysages comprenant de petits champs agricoles et de grands champs organiques entrecoupés de zones semi-naturelles sont la fondation de paysages hétérogènes et bien connectés, indispensables aux pollinisateurs.

Lisez entièrement l'article, Les programmes agroenvironnementaux améliorent la richesse et l'abondance des pollinisateurs, mais la reproduction des bourdons dépend de la taille du champ, dans Journal of Applied Ecology.

Partagez ceci:

Comme ça:

J'aime le chargement …

Cet article a été rédigé par Journal of Applied Ecology et traduit par Touteslesgourdes.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Touteslesgourdes.com perçoit une rémunération de nos lecteurs procède à l'achat en ligne d'un produit mis en avant.